COP21, UN PETIT MARTEAU POUR L’HUMANITÉ…

Mais toujours et encore une grande enclume suspendue sur notre satanée planète. Enfin, ce n’est que mon humble et cynique avis. Les autocongratulations furent unanimes et j’en comprends bien la raison vu les échecs passés. Hélas le ver est dans la pomme et le fruit de Gaia hélas bien pourri. “Eppur si muove”, j’ai presque envie de dire pour signifier que notre sauvetage, si tel est ce à quoi nous aspirons vraiment, devrait être de la même teneur que la révolution galiléo-copernicienne et non pas ce simulacre de pacte climatique. Notre foi prométhéenne en des politiques économiques qui démontrent chaque jour leur incapacité à faire fonctionner notre civilisation mondiale selon les rythmes naturels, ses cycles de croissance, d’évolution et de reproduction des écosystèmes, ignorant par exemple sciemment ces coûts environnementaux (érosion, pollution, déforestation, réchauffement, etc…) dans le calcul du PIB nous rendant pour ainsi dire beaucoup plus pauvres que riches en réalité du point de vue du capital naturel, tout cela est une forme exacerbée de géocentrisme qu’il s’agirait bien de reléguer aux poubelles de l’histoire pour faire avancer le schmilblig et nous sortir de ce monumental pétrin.  Ce qui pour certains revient à instituer l’héliocentrisme de la décroissance. Un vaste programme qui déjà rassemble moultes initiatives de par le monde et a aussi s’il fallait l’ignorer ses illustres penseurs comme le furent des Samuelson, Keynes, Friedman pour l’Eglise Néoclassique. Et si les mots sont forts c’est parce qu’il faut justement nommer les choses comme il se doit, c’est-à-dire un combat d’Ecoles de pensées et de visions du monde. Cesser de croire que l’économie libérale est la fin de toute chose, qu’elle seule est en mesure de sauver le monde de la merde où elle l’a plongé. Elle n’est qu’un modèle passager qui a échoué comme l’économie socialiste centralisée et planifiée autrefois et qu’aujourd’hui de nouveaux modèles doivent émerger et prendre le pouvoir, ceux-là même qui jadis était considérés comme hérétiques et passibles d’excommunion. Ciao messieurs, on vous a assez vu. Raus !

UNE MARS ET CA REPART

Et si au coeur du grand phylum génétique de l’Homo Sapiens Sapiens, était codé le grand départ de la Terre? Et si la conservation n’était finalement pas de son registre, mais de celui d’un ordre hylozoïste qui le dépasse, d’une volonté divine immanente à la Vie qui le surpasse, qui le relègue au rang des parasites inférieurs doués de conscience, n’ayant d’autre choix que de vivre d’abus et d’eau pas fraîche, de mourir ou de préférer l’intersidéral. Echec et Matt Damon ! Diable !

 

GLOBISHBOULGA

J’ai enfin compris pourquoi les français et les anglais ne peuvent se comprendre. Quand le premier dit une “phrase”, l’autre croit qu’il s’agit d’une “sentence”. My god qu’ils sont susceptibles ces rose-beef.

 

NARCISSE POWER

A une amie psy qui m’a dit hier que mes Fresh memories étaient teintées de narcissisme, je préfèrerais le terme d’anarcissisme, où la tendance pathologique assumée de l’amour libre de soi, sans Dieu ni maîtres, et avec l’indispensable option d’auto-déboulonnage de sa propre Machine. Et si vous ne comprenez rien, moi, moi et moi, on se comprends.

 

12049588_10153343834078301_7226131536666278728_n

AU FIL DES LIVRES (I)

Je suis convaincu qu’une personnalité se devine au fil des clins d’œils apposés fortuitement ou pas sur des livres. Voici donc ma librairie des attentions involontaires. Des livres lus ou parfaitement inconnus, juste là dans mon champs de vision, un jour, une fois, le temps d’un clin d’œil qui ne se soustraie à aucunes critiques et revue littéraire, ni encore moins à un effet de mode. Un simple titre, une couverture, un parfum, un rire. Basta cosi.

 

No more posts.